Qui suis-je

Liliane, née en 1988 dans une famille où mes parents ont eu de grosses difficultés pour avoir un enfant. J’ai une petite sœur. Depuis petite, je me suis sentie différente, que ce soit dans ma famille ou à l’école avec mes amis. J’ai grandi avec le sentiment que je devais faire quelque chose pour les autres pour être aimée ou que ce que je faisais n’était jamais assez, qu’on pouvait toujours faire mieux. Ces deux sentiments ont occupé une bonne partie de ma vie, au point de faire un métier dévoué aux autres, infirmière, que j’exerce aujourd’hui en tant qu’indépendante. 

Je suis une personne qui n’aime pas suivre et faire sans réfléchir. J’ai un réel besoin de comprendre pourquoi je fais les choses et cela m’a permis de remettre de nombreuses choses en questions. Lorsque je suis tombée enceinte de ma fille, je n’avais aucune idée de ce que je voulais comme accouchement. Puis, la vie a mis sur ma route des personnes qui m’ont fait découvrir des options que je ne connaissais pas (accouchement à domicile ou en maison de naissance par exemple). Après cela, il était évident pour moi que je n’allais pas accoucher à l’hôpital. Ensuite, j’ai lu le livre : J’accouche bientôt : que faire de la douleur de Maïtie Trélaün et cela m’a permis d’avoir confiance en moi pour envisager d’accoucher sans péridurale. J’ai également fait de l’Hypnonatal et je pense que cela m’a énormément apporté dans l’appréhension d’accoucher. J’ai eu la chance d’avoir deux accouchements que je peux qualifier « de rêve ». 

Après la naissance de ma fille, j’ai été énormément bousculée car je ne pouvais plus faire autant qu’avant. Cette sensation de faire du surplace a été très inconfortable pour moi, au moins de m’amener dans un état que je peux qualifier aujourd’hui de « dépression post-natale ». J’aurais aimé retrouver ma vie d’avant, ma liberté, ma vie de couple. Tous ces « manques » m’ont amenée à une grande introspection et à me renseigner sur le vaste domaine qu’est le post-partum. J’ai vite compris que pour beaucoup de femmes, il n’est pas aussi rose qu’on le voit dans les films. Mais c’est encore tabou d’oser dire que c’est difficile d’être maman car c’est censé être « inné ». 

Enrichie de tous ces enseignements, nous avons décidé d’avoir un deuxième enfant, qui vient bousculer encore plus en profondeur ces piliers au point de me dire que ce qui vibre le plus fort en moi c’est de me positionner en tant que femme pour aider les autres femmes et de pouvoir accompagner les mamans sur ce chemin de la maternité depuis la conception jusqu’au post-partum. En effet, j’ai perdu ma maman très jeune et le fait d’avoir manqué de modèle et de ce soutien-là en devenant maman à mon tour a été très difficile pour moi et vient encore plus renforcer ce désir d’être DOULA. 

Mes points forts pour vous accompagner sont : 

  • Bonnes connaissances du cycle menstruel et des saisons intérieures (mieux se connaître pour se comprendre et s’accepter dans tous nos états émotionnels)
  • Elaborer un projet de naissance et liste de naissance
  • Si vous souhaitez un accouchement peu ou pas médicalisé 
  • Si vous souhaitez un soutien pendant la grossesse et après
  • Allaitement 
  • Connaissances en thérapies naturelles (aromathérapie, homéopathie, etc)
  • Conseil en sommeil (je suis conseillère en sommeil 1001 dodos)
  • Post-partum, comment prendre soin de la maman
  • Ecoute (gardienne de cercles de femmes)